Pas de commentaire

Rénover l’habitat existant, un recyclage qui préserve la planète

Rénover l’habitat existant

Pour répondre à l’urgence du changement climatique, rénover les logements existants plutôt qu’en construire de nouveaux évite l’émission d’importantes quantités de gaz à effet de serre dans l’atmosphère.

Rénover l’habitat existantLa pandémie n’a pas freiné l’appétence des particuliers pour la pierre. Malgré le contexte anxiogène lié au Covid-19 et au confinement, ils sont toujours actifs sur les plateformes françaises de crowdfunding 100 % immobilier.

Lorsqu’on évoque l’émission de CO2, on pense immédiatement à la pollution automobile ou au secteur industriel. C’est oublier que, dans notre pays, le bâtiment est le deuxième plus gros émetteur de gaz à effet de serre derrière les transports. Il représente à lui seul 25 % de ces gaz responsables du réchauffement climatique.

L’une des raisons de cette situation est l’ancienneté du parc de logements. Les 2/3 des logements ont été construits avant 1974, alors qu’il n’existait aucune réglementation thermique. Autant dire que la rénovation des logements, notamment thermique, devient un chantier incontournable pour réussir notre transition énergétique.

Rénover est plus éco-responsable que construire

Cette vérité émane de l’Ademe qui affirme, études à l’appui (1), que rénover des logements est beaucoup moins consommateur en CO 2 que construire du neuf. Selon l’Agence, d’ici 2050, la construction neuve de logements consommera 1,3 milliard de tonnes de matériaux, soit 17 fois plus que la rénovation du parc existant au niveau BBC (environ 74 millions de tonnes). En clair, il faut consommer 40 fois plus de matériaux pour construire un logement que pour le rénover au standard BBC ! Un véritable gâchis. Dès lors, la rénovation des logements n’est désormais plus une alternative mais la solution à privilégier pour limiter au maximum les impacts environnementaux.

Une approche écologique

Dans ce contexte d’urgence climatique, Covalem propose une solution innovante. Une solution à même de produire du logement pour tous, tout en respectant l’environnement. Covalem, entreprise citoyenne, recycle l’immobilier, tout simplement en achetant des grandes maisons individuelles qui répondent mal aux attentes du marché (trop grandes, trop chères) et les revend ensuite en plusieurs logements beaucoup mieux adaptés aux nouveaux
modes de vie. Ce positionnement est très novateur et casse les codes traditionnels de vente en proposant de racheter directement les biens immobiliers des vendeurs, au prix du marché. Novateur aussi, par le fait de diviser ensuite les maisons individuelles en plusieurs logements qui seront revendus à des acquéreurs et ce, à des prix très attractifs. Atout maître, cette opération de recyclage immobilier est écologique. En effet, comme l’affirme l’Ademe, pour protéger la planète, il vaut mieux rénover des logements anciens plutôt qu’en construire de nouveaux. Dont acte.

Une empreinte carbone minorée

Faire le choix de l’ancien, c’est faire le choix d’un habitat respectueux de l’environnement. Tout d’abord, une maison déjà existante permet d’économiser beaucoup de foncier. Alors, autant freiner cet étalement urbain avec le recyclage immobilier, propice à la défense de l’environnement. D’autre part, avec le bâti existant, le gros œuvre est déjà en place. Aussi, nul besoin de mobiliser des matières premières et de produire des émissions de gaz à effet de serre dans des proportions pharaoniques. Ni de construire et d’entretenir des voies nouvelles pour desservir de nouveaux habitats. Recycler l’immobilier existant au lieu de le détruire et de le reconstruire est une idée éthique, de bon sens. C’est œuvrer pour la planète et les générations futures en s’efforçant de produire un habitat plus vertueux, plus durable. Cela suppose d’avoir le courage de changer de paradigme pour être pleinement acteur de son environnement.

Sébastien JOUËT
Groupe Covalem

(1) S’appuyant sur les résultats de deux études prospectives, intitulées « Prospectives 2035 et 2050 de consommation des matériaux pour la construction neuve et la rénovation énergétique BBC », publiées en décembre 2019.