Aucun commentaire

Le recyclage urbain, le logement de demain ?

la division immobilière

Le béton grignote l’équivalent de la superficie d’un département français de taille moyenne tous les 10 ans. L’habitat est le premier responsable de cette artificialisation des sols, qui progresse d’environ 8,5 % par an, il est important de le souligner.

Pour freiner cette course folle, le projet de loi « Climat et Résilience », issu des travaux de la Convention citoyenne pour le climat, innove. Le texte présenté, le 10 février, en Conseil des ministres, et actuellement examiné par le Parlement, propose en effet de changer de cap « en plaçant la lutte contre l’artificialisation au cœur de l’aménagement du territoire ». Pour y arriver, le gouvernement a annoncé une enveloppe de 350 M€ sur 2 ans, dans le cadre du Plan de Relance, à destination des élus bâtisseurs vertueux : pour inciter la sobriété foncière, une aide forfaitaire est versée à la commune pour tout m2 de logement construit au-delà d’un seuil de densité défini par territoire pour les programmes d’au moins 2 logements (environ 100 €/m2).

L’objectif est clairement de pousser les aménageurs et promoteurs à recycler les existants ! Précurseur dans cette voie depuis sa création, COVALEM se félicite de cette mesure. Son métier consiste justement à produire du logement de qualité, en « recyclant » les espaces déjà urbanisés, grâce à la division immobilière. Le savoir-faire de COVALEM est en effet de créer plusieurs logements à partir de grandes maisons individuelles en secteur diffus et de diviser des immeubles urbains en nouvelles unités de vie. Les logements produits sont dès lors situés dans des zones déjà bâties, viabilisées et dotées des infrastructures dédiées (voies de circulation, équipements publics, etc…). Une démarche respectueuse de l’environnement et qui tend vers l’objectif « zéro artificialisation ».

la division immobilière

Vous vendez votre maison ? Covalem est votre acheteur.